[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index ][Thread Index ]

Birmanie / Rapport Annuel 96 RSF

>From UVI.net, Paris,on the occasion of the publication today of their report 
for the year 1995. 
Headline: Birmanie / Rapport 96 RSF / International Day for the Defense of 
the Free Press
Keywords: Annual Rapport, Rapport Annuel, RSF : Burma/Birmanie
Date: 3 May 1996
Source: RSF2@xxxxxxxxxxx (REPORTERS SANS FRONTIERES), cd@xxxxxxx

Burma Rapport 96 RSF 

Population: 46.53 million
Area: 261,217 square miles
Form of government: Military dictatorship
Illiteracy: 16.9%
School attendance: 25.3%
Languages: Burmese, English, minority dialects

Anxious to be allowed to join the Association of South-East Asian Nations 
(ASEAN) and to attract foreign investment, the ruling junta, the State Law 
and Order Restoration Council (SLORC), decided to release charismatic 
opposition leader Aung San Suu Kyi on 10 July. But although she is 
"free", the winner of the 1991 Nobel Peace Prize and leader of the National 
League for Democracy (NLD) is still the prisoner of a military dictatorship 
that stamps out any attempt to express independent opinions and refuses the 
slightest political openness.
        The only Burmese media are those that pump out military propaganda. 
Radio Mynamar, state television and the official newspaper New Light of 
Myanmar all failed to report that Aung San Suu Kyi had been released from 
house arrest. People only learned the news from foreign broadcasts, such as 
the radio
programmes of the BBC World Service, which can be picked up in Rangoon. Two 
other official dailies in Burmese are published in Rangoon, and one in 
Mandalay; all are under strict government control. Specialised magazines 
devoted to business, computers and tourism have emerged in recent years, 
to foreign investors, and about 20 literary magazines are also available.
        Some of these monthly magazines, which publish poems, cartoons and 
short stories on the problems of everyday life, feature heavily veiled 
attacks on the government - often in the form of metaphor.
        All media resources are in the hands of the SLORC, which is holding 
at least seven journalists prisoner. But as no proper news is available, 
alternative networks come into play. All the speeches Aung San Suu Kyi makes 
on Saturdays and Sundays to the hundreds of supporters who gather outside her
home are recorded on cassette and secretly sold all over the country.

Journalists jailed

On 1 January 1996, at least seven journalists were still in prison in Burma: 
Nay Min, Win Tin, Sein Hlaing, Myo Myint Nyein, Ohn Kyaing, Sein Hla Oo and 
San San Nweh.
        Poet and journalist Tin Moe was one of 23 political prisoners 
amnestied by the SLORC on 4 February 1995. This intellectual, who is close to 
the NLD and was editor of the magazine Pay Hpoo Hlwar at the time of his 
arrest in December 1991, had been sentenced under Burma's emergency laws to 
four years
in jail for writing articles criticising the government and army.
        Nay Min, a journalist and lawyer, has been held at Insein prison 
since 21 October 1988. Accused of giving false information to the BBC and 
possessing antigovernment books, he was sentenced to 14 years' hard labour on 
5 October 1989. According to various sources, he has been tortured and is
seriously ill.
        Win Tin, editor of Hanthawathi until it was banned in 1978, was 
arrested on 4 July 1989 and sentenced to three years' hard labour in October 
of that year. The sentence was later extended to 11 years in prison, then cut 
to ten years under the January 1993 amnesty. He is therefore not due for 
until July 1999. Win Tin was arrested a few days before Aung San Suu Kyi 
because of his political work with the NLD. In particular, the government 
accused him of forcing the league to opt for civil disobedience as a form of 
resistance to the martial law imposed by the SLORC. Officially, Win Tin was
found guilty of harbouring a criminal wanted for arrest under article 216 of 
the penal code. The "criminal" in question was reportedly a young woman who 
had had an abortion, which is illegal in Burma.
        Sein Hlang and Myo Myint Nyein, both of whom are close to the NLD, 
were arrested in September 1990 and sentenced to seven years in jail for 
publishing an "antigovernment propaganda" leaflet called What's Happening.
        Ohn Kyaing has been held since 1990. Also known by the pen name of 
Aung Wint, he worked for the daily Botahtaung before joining Win Tin on 
Hanthawathi. In 1988, he became a member of the NLD's central committee and 
was elected to parliament for Mandalay in 1990. He was arrested in August 
1990 after
condemning the bloody repression of demonstrations staged by students and 
Buddhist monks, and on 17 October he was sentenced to seven years in jail for 
writing and distributing "seditious leaflets" and writing an antigovernment 
article. On 15 May 1991, he was sentenced to a further ten years under
article 5 of the emergency law.
        Sein Hla Oo and San San Nweh have been held in Insein prison since 
August 1994. On 6 October of that year a civilian court set up in the prison 
sentenced them to seven years in jail for distributing information harmful to 
the state under article 5 of the emergency law. San San Nwe was sentenced to
another three years under article 14, which covers illegal organisations.

Obstacles to the international free flow of information

On 19 July 1995, as the Burmese media imposed a total news blackout on the 
release of Aung San Suu Kyi, the authorities banned foreign journalists in 
the country from transmitting satellite pictures of her first public 
        An official of the state-run Myanmar TV responsible for satellite 
broadcasts said he had orders not to accept any requests from foreign 
journalists to transmit pictures. This total censorship was directly aimed at 
the democratic opposition whose leader, Aung San Suu Kyi, was due to make her 
major public appearance that day, after being released from house arrest on 
10 July. Several times in the previous few days, other television journalists 
had been refused permission to make transmissions via government television, 
which is the only means by which foreign journalists can send
pictures abroad.
        Around the same time Panadda Lertlum-Ampai, chairman of the Thailand 
Foreign Correspondents' Club, asked the Burmese information minister, General 
Aye Kyaw, to scrap the substantial blacklist of foreign journalists who are 
not allowed into Burma. The number of requests for visas has risen since the
release of the NLD leader but some have been refused while other journalists 
have not even received replies.
        On 21 August the BBC complained about the jamming of its World 
Service broadcasts in Burmese, the first time this has happened in 55 years. 
"BBC engineers noticed deliberate interference on two of the three 
wavelengths occupied by the Burmese service programmes", a spokesman 
explained. Although it
could not determine who was responsible for the jamming, the BBC said it had 
begun when an interview with Aung San Suu Kyi went on the air.

Population : 46,53 millions
Superficie : 676 552 km2
Nature du régime : dictature militaire
Pib/hab : non communiqué
Taux d'analphabétisme : 16,9 %
Taux de scolarisation : 25,3 %
Langues : birman, anglais, dialectes des minorités ethniques

Soucieuse de réussir son intégration dans l'Association des nations de l'Asie 
du Sud-Est (ASEAN) et de faire bonne figure aux yeux d'investisseurs 
occidentaux avides de s'attaquer au marché birman, la junte militaire (Slorc) 
au pouvoir à Rangoon a libéré le 10 juillet la figure emblématique de
l'opposition démocratique Aung San Suu Kyi. Libre, le prix Nobel de la paix 
1991 et sa Ligue nationale pour la démocratie (LND) n'en restent pas moins 
prisonniers d'une dictature militaire qui écrase toute forme d'expression 
indépendante et refuse la moindre ouverture politique.
Les médias birmans sont ceux de la propagande militaire. Radio Myanmar comme 
la télévision d'Etat ainsi que l'organe officiel New Light of Myanmar ont 
totalement ignoré la libération d'Aung San Suu Kyi dont la population a eu 
connaissance par les ondes étrangères, notamment la British Broadcasting
Corporation (BBC), captées à Rangoon. La presse quotidienne officielle est 
muselée et quasi inexistante : au côté de l'anglophone New Light, deux 
quotidiens en birman sont publiés à Rangoon et un à Mandalay. Avec l'attrait 
pour le marché birman apparaissent des magazines spécialisés, consacrés aux
affaires, à l'informatique ou encore au tourisme, financés par des 
investisseurs étrangers. Enfin les Birmans ont accès à une vingtaine de 
magazines à dominante littéraire.
Dans certains de ces magazines mensuels qui publient des poèmes, des dessins 
ou des nouvelles évoquant en détail les problèmes de la vie quotidienne, on 
devine, souvent au travers de métaphores, quelques attaques très voilées 
contre le pouvoir. Mais les moyens d'information restent entièrement
soumis au Slorc qui maintient en détention au moins sept journalistes. 
Cependant, faute de véritables médias d'information, celle-ci circule de 
manière informelle : chacun des discours qu'Aung San Suu Kyi tient le samedi 
et le dimanche à des centaines de partisans massés devant sa résidence
est enregistré sur cassettes puis diffusé clandestinement dans le pays.

Journalistes incarcérés
Au 1er janvier 1996, au moins sept journalistes sont emprisonnés en Birmanie 
: Nay Min, Win Tin, Sein Hlaing, Myo Myint Nyein, Ohn Kyaing, Sein Hla Oo et 
San San Nweh.
Le 4 février 1995, le poète et journaliste Tin Moe fait partie des 
vingt-trois prisonniers politiques amnistiés par le Slorc. Rédacteur en chef 
du magazine Pay Hpoo Hlwar au moment de son arrestation en décembre 1991, cet 
intellectuel très proche de la Ligue nationale pour la démocratie d'Aung San
Suu Kyi avait été condamné, en vertu de la loi d'urgence, à quatre ans de 
prison pour avoir "publié des écrits contre le gouvernement et l'armée".
Nay Min, journaliste et avocat, est détenu à la prison d'Insein depuis le 21 
octobre 1988. Accusé d'avoir "donné de fausses informations à la BBC" et de 
"posséder des ÷uvres littéraires antigouvernementales", il a été condamné, le 
5 octobre 1989, à une peine de quatorze ans de travaux forcés. Selon
plusieurs sources, le journaliste a été torturé et serait gravement malade.
Win Tin a été arrêté le 4 juillet 1989 et condamné, en octobre de la même 
année, à trois ans de travaux forcés. La sentence aurait été portée à onze 
ans de prison, puis réduite à dix ans lors d'une amnistie en janvier 1993. Sa 
libération devrait donc intervenir en juillet 1999. Win Tin a été arrêté,
quelques jours avant Aung San Suu Kyi, en raison de ses activités politiques 
au sein de la LND. Le gouvernement lui reprocherait notamment d'avoir poussé 
la Ligue à choisir la désobéissance civile comme moyen de résistance à la loi 
martiale imposée par le Slorc. Officiellement, le journaliste a été
condamné pour avoir "donné asile à un délinquant faisant l'objet d'un mandat 
d'arrêt", en vertu de l'article 216 du code pénal. Le délinquant en question 
serait une jeune femme ayant subi un avortement, pratique interdite en 
Sein Hlaing et Myo Myint Nyein, tous deux proches de la LND, ont été arrêtés 
en septembre 1990 et condamnés à sept années d'emprisonnement, pour avoir 
édité une publication de "propagande antigouvernementale" intitulée "Ce qui 
se passe".
Ohn Kyaing est détenu depuis 1990. Egalement connu sous le nom de Aung Wint, 
il travaillait pour le quotidien Botahtaung avant de collaborer avec Win Tin 
au Hanthawathi. En 1988, il devient membre du comité central de la LND et, en 
1990, est élu député dans la circonscription de Mandalay. Parce
qu'il a dénoncé la sanglante répression des manifestations d'étudiants et de 
bonzes à Mandalay, en août 1990, il est arrêté et condamné, le 17 octobre 
1990, à sept ans de prison pour "avoir rédigé et distribué des pamphlets 
séditieux" et "écrit un article anti-gouvernemental". Le 15 mai 1991,
en vertu de l'article 5 de la loi d'urgence, la cour l'a condamné à dix 
années supplémentaires d'emprisonnement.
Sein Hla Oo et San San Nweh sont incarcérés à la prison d'Insein depuis août 
1994. Le 6 octobre 1994, en vertu de l'article 5 de la loi d'urgence, un 
tribunal civil tenu dans la prison d'Insein les a condamnés à sept ans de 
prison, pour avoir "diffusé des informations préjudiciables à l'Etat". San
San Nwe est condamnée à une peine supplémentaire de trois ans de prison en 
vertu de l'article 14 de la loi sur les associations illégales.

Entraves à la circulation internationale de l'information
Le 19 juillet 1995, alors qu'un black-out total est imposé par les médias 
birmans à propos de la libération, le 10 juillet, d'Aung San Suu Kyi, les 
autorités birmanes interdisent aux journalistes étrangers présents dans le 
pays d'envoyer par satellite leurs images de la première déclaration publique
du leader de l'opposition.
Un fonctionnaire de la télévision gouvernementale, Myanmar TV, chargé des 
transmissions d'images par satellite, déclare avoir reçu l'ordre de 
n'accepter aucune demande de transmission des journalistes étrangers et ce 
pour toute la matinée. Cette censure totale, puisque la télévision 
est le seul canal de diffusion d'images vers l'extérieur pour les 
journalistes étrangers, vise directement l'opposition démocratique dont le 
leader Aung San Suu Kyi faisait, ce 19 juillet, sa première apparition 
publique d'importance. A plusieurs reprises, depuis quelques jours, des 
journalistes de
télévision s'étaient déjà vu refuser l'autorisation d'envoyer des images par 
le biais de la télévision gouvernementale.
A la même époque, Panadda Lertlum-ampai, le président du Club des 
correspondants étrangers de Thaïlande, demande au général Aye Kyaw, ministre 
birman de l'Information, de supprimer la "liste noire" qui interdit à de 
nombreux journalistes étrangers l'entrée en Birmanie. Alors que depuis la 
de Aung San Suu Kyi, les demandes de visa birman ont crû de manière 
significative, un certain nombre de journalistes n'ont pas reçu de réponse ou 
ont essuyé un refus.
Le 21 août, la BBC dénonce le brouillage de son service mondial en birman, 
une première en 55 ans d'existence. "Les ingénieurs de la BBC ont constaté 
une interférence délibérée sur deux des trois fréquences occupées par les 
émissions du service birman" a expliqué un représentant de la radio
britannique. Sans pouvoir déterminer l'origine du brouillage, la BBC a 
précisé qu'il avait débuté alors qu'était diffusée sur les ondes une 
interview de Aung San Suu Kyi.